• La Sega Saturn est désormais commercialisée dans le monde entier et malgré un alignement des prix sur sa concurrente, la période de Noël n'a pas été bénéfique pour Sega en Europe. Profitant de son avance la situation est un peu meilleure sur le continent américain même si la Saturn ne devance plus sa con-soeur, au Japon en revanche la Saturn est fortement implantée et depuis plus d'un an de commercialisation son succès ne se dément pas. Cette situation restera figée pendant toute la vie de la machine et fera de la Saturn une console essentiellement Nippone. Du côté de Nintendo, son projet de console  désormais appelé Ultra 64 ce peaufine, mais malgré le choix de sauter la génération des 32 bits pour une 64 bits et un partenariat avec Silicon Graphics, son arrivé tardive ne fait pas trembler les deux 32 bits du marché. En attendant de nombreux softs sortent profitant enfin d'un outil de programmation plus aisé, fort des nouveaux standards en terme de qualité que sont Sega Rally et Virtua Fighter 2, Panzer Dragoon zwei efface les rares défauts du premier, Street Fighter Alpha relance la célèbre série prouvant en passant la supériorité de la Saturn dans le domaine de la 2D et Shining Winsdom, Feda Remake, Shining the holly Ark, Wizardry, terra Phantastica viennent remplir la liste des RPG comme Albert Odyssey qui rendent la Saturn si populaire au Japon. En parlant de RPG, le nouveau président de Sega of America, Bernie Stollar qui débarque directement de chez Sony décrète que ce genre comme les softs 2D (hormis les franchises comme Street Fighter) n'ont pas leurs places sur le marché Américain, affirmant que ces jeux n'interèssent pas les joueurs occidentaux, préférant mettre en avant les jeux en 3D jugés plus actuels (ce qui a peut être permis malgré tout à Shining the Holy ark de bénéficier d'une sortie PAL) . cette politique est aussi appliquée pour le marché Européen. Si l'on considère que ce sont les RPG et les jeux en 2D les points forts de la Saturn, il est un peu stupide de vouloir absolument entrer en compétition avec la Playstation sur un terrain que la console de Sony gère plutôt bien, la 3D. 

    Ceci dit la Saturn n'est pas en reste niveau 3D et face à un futur Mario 64 et sans jeu majeur mettant en vedette leur mascotte; Sonic, la Saturn voit arriver un de ces titres emblématiques les plus célèbre de la machine: Night Into Dream qui devient très vite, surtout à l'ouest, l'emblème de la console, de la marque sous l'ère Saturn et un bon exemple de ce que peu donner visuellement un moteur 3D bien exploité. Ce jeu est aussi l'occasion pour la machine d'accueillir un nouveau périphérique afin de profiter pleinement de leur nouveau titre phare, un pad analogique, coupant par la même occasion l'herbe sous le pied de Nintendo qui propose aussi un pad analogique pour sa future console. 

    Nouvelle génération de softs, nouvelle génération de console, je ne parle pas de la prochaine machine de Sega mais du nouveau design de notre chère Saturn. Afin de baisser les coûts de productions, Sega décide mi 96 de mettre sur le marché uneSaturn "allégée" qui en plus de compacter certain de ces éléments internes, se voit attribuer une coque uniforme composé d'un seul plastique, la led rouge de l'access a disparu et des boutons Power et Reset ronds. Elle est blanche avec les touches du pad de couleurs pour la version japonaise et toujours noire pour le marché occidental. Les licences Victor et  Hitachi s'adaptent elles aussi à ce nouveau design plus moderne en proposant des couleurs différentes, seul le modèle de Samsung reste avec sa livrée d'origine. Ces économies de fabrications permettent à Sega de proposer sa console au prix de 1290 frs en un peu plus d'un an le prix de la Saturn a presque diminuer de moitié, la démocratisant quelques peu.

    Virtual One, Fighting Vipers, Daytona CCE et Donpachi entre autre bénéficient d'adaptations parmi les plus réussies de la console et confortent la Saturn dans sa position de borne d'arcade à domicile et c'est une des grandes forces de la console face à la nouvelle venue, l'Ultra 64
     baptisé Nintendo 64. Les choix de Nintendo concernant sa nouvelle console sont pour le moins surprenant. Outre le fait d'avoir théoriquement sauté une génération, Nintendo a opté comme support pour les jeux de sa console, la cartouche, qu'on croyait disparu depuis l'ère 16 bits et un design assez enfantin. Si la Saturn est accès Hardcore gamers et la Playstation plutôt tout publique, la N64 semble s'orienter vers de jeunes joueurs. Même si les premiers jeux comme Mario 64 ou Wave Racer ne sont pas mauvais, ils ne représentent pas un fossé technologique particulier avec ses concurrentes censés être moins puissantes, la seule évolution qui sera reprise plus tard sera les quatre ports manettes directement intégrés à la carrosserie de la console. Son arrivé sur le marché japonais déjà bien saturé par la console de Sega et de Sony ne lui laisse pas une grande place, son salut se trouve à l'Ouest. 

    L'année 1996 sera aussi l'occasion pour la console de Sega de briller lors de grands coups médiatiques. Saviez vous par exemple que le premier Tomb Raider a été une exclusivité Saturn pendant plus de trois mois ? Un autre coup plus retentissant celui là est réalisé par Kenji Eno, le concepteur de jeux et président névrosé du studio WRAP. Père médiatique du pourtant assez confidentiel D sortie sur 3DO, Playstation et bien evidamment Saturn, Eno signe un contrat d'exclusivité mi 95 avec Sony concernant un nouveau soft mêlant aventure, action, scènes en 3D pré-calculés et en 3D temps réel, ce jeu ambitieux nommé Enemy Zero bénéficie d'une bien plus large couverture médiatique que D et c'est lors d'une conférence de presse organisé par Sony mis 1996 que devant un publique médusé, à la fin de la présentation du jeu presque finalisé que le logo Playstation se mu sournoisement en un magnifique et insolent logo Sega Saturn. Suite à un désaccord avec Sony concernant le nombre de copies de D pour le marché PAL, Kenji Eno décide simplement de basculer l'exclusivité d'Enemy Zero vers la console de Sega. Le studio WRAP développera par la suite uniquement pour les consoles de la marque au hérisson. Un autre événement qui permettra d'appuyer l'assise de la Saturn sur le marché Nippon est la sortie du jeu Sakura Taisen, ce jeu qui mêle un tactical RPG avec des phases de simulations de drague, genre très populaire au Japon, se vend à 360 000 exemplaires le premier jour de sa sortie, faisant de ce jeu un des titres le plus vendu de l'année 1996. Non content d'être un succès commercial, Sakura Taisen rafle le premier prix lors de la cérémonie des bourses CESA et est classé en 2008 n°13 dans la liste des meilleurs jeux du monde par le magazine Famitsu. 

     

     


    votre commentaire
  • La Sega Saturn est désormais commercialisée dans le monde entier et malgré un alignement des prix sur sa concurrente, la période de Noël n'a pas été bénéfique pour Sega en Europe. Profitant de son avance la situation est un peu meilleure sur le continent américain même si la Saturn ne devance plus sa con-soeur, au Japon en revanche la Saturn est fortement implantée et depuis plus d'un an de commercialisation son succès ne se dément pas. Cette situation restera figée pendant toute la vie de la machine et fera de la Saturn une console essentiellement Nippone. Du côté de Nintendo, son projet de console  désormais appelé Ultra 64 ce peaufine, mais malgré le choix de sauter la génération des 32 bits pour une 64 bits et un partenariat avec Silicon Graphics, son arrivé tardive ne fait pas trembler les deux 32 bits du marché. En attendant de nombreux softs sortent profitant enfin d'un outil de programmation plus aisé, fort des nouveaux standards en terme de qualité que sont Sega Rally et Virtua Fighter 2, Panzer Dragoon zwei efface les rares défauts du premier, Street Fighter Alpha relance la célèbre série prouvant en passant la supériorité de la Saturn dans le domaine de la 2D et Shining Winsdom, Feda Remake, Shining the holly Ark, Wizardry, terra Phantastica viennent remplir la liste des RPG comme Albert Odyssey qui rendent la Saturn si populaire au Japon. En parlant de RPG, le nouveau président de Sega of America, Bernie Stollar qui débarque directement de chez Sony décrète que ce genre comme les softs 2D (hormis les franchises comme Street Fighter) n'ont pas leurs places sur le marché Américain, affirmant que ces jeux n'interèssent pas les joueurs occidentaux, préférant mettre en avant les jeux en 3D jugés plus actuels (ce qui a peut être permis malgré tout à Shining the Holy ark de bénéficier d'une sortie PAL) . cette politique est aussi appliquée pour le marché Européen. Si l'on considère que ce sont les RPG et les jeux en 2D les points forts de la Saturn, il est un peu stupide de vouloir absolument entrer en compétition avec la Playstation sur un terrain que la console de Sony gère plutôt bien, la 3D. 

    Ceci dit la Saturn n'est pas en reste niveau 3D et face à un futur Mario 64 et sans jeu majeur mettant en vedette leur mascotte; Sonic, la Saturn voit arriver un de ces titres emblématiques les plus célèbre de la machine: Night Into Dream qui devient très vite, surtout à l'ouest, l'emblème de la console, de la marque sous l'ère Saturn et un bon exemple de ce que peu donner visuellement un moteur 3D bien exploité. Ce jeu est aussi l'occasion pour la machine d'accueillir un nouveau périphérique afin de profiter pleinement de leur nouveau titre phare, un pad analogique, coupant par la même occasion l'herbe sous le pied de Nintendo qui propose aussi un pad analogique pour sa future console. 

    Nouvelle génération de softs, nouvelle génération de console, je ne parle pas de la prochaine machine de Sega mais du nouveau design de notre chère Saturn. Afin de baisser les coûts de productions, Sega décide mi 96 de mettre sur le marché une Saturn "allégée" qui en plus de compacter certain de ces éléments internes, se voit attribuer une coque uniforme composé d'un seul plastique, la led rouge de l'access a disparu et des boutons Power et Reset ronds. Elle est blanche avec les touches du pad de couleurs pour la version japonaise et toujours noire pour le marché occidental. Les licences Victor et  Hitachi s'adaptent elles aussi à ce nouveau design plus moderne en proposant des couleurs différentes, seul le modèle de Samsung reste avec sa livrée d'origine. Ces économies de fabrications permettent à Sega de proposer sa console au prix de 1290 frs en un peu plus d'un an le prix de la Saturn a presque diminuer de moitié, la démocratisant quelques peu.

    Virtual One, Fighting Vipers, Daytona CCE et Donpachi entre autre bénéficient d'adaptations parmi les plus réussies de la console et confortent la Saturn dans sa position de borne d'arcade à domicile et c'est une des grandes forces de la console face à la nouvelle venue, l'Ultra 64
     baptisé Nintendo 64. Les choix de Nintendo concernant sa nouvelle console sont pour le moins surprenant. Outre le fait d'avoir théoriquement sauté une génération, Nintendo a opté comme support pour les jeux de sa console, la cartouche, qu'on croyait disparu depuis l'ère 16 bits et un design assez enfantin. Si la Saturn est accès Hardcore gamers et la Playstation plutôt tout publique, la N64 semble s'orienter vers de jeunes joueurs. Même si les premiers jeux comme Mario 64 ou Wave Racer ne sont pas mauvais, ils ne représentent pas un fossé technologique particulier avec ses concurrentes censés être moins puissantes, la seule évolution qui sera reprise plus tard sera les quatre ports manettes directement intégrés à la carrosserie de la console. Son arrivé sur le marché japonais déjà bien saturé par la console de Sega et de Sony ne lui laisse pas une grande place, son salut se trouve à l'Ouest. 

    L'année 1996 sera aussi l'occasion pour la console de Sega de briller lors de grands coups médiatiques. Saviez vous par exemple que le premier Tomb Raider a été une exclusivité Saturn pendant plus de trois mois ? Un autre coup plus retentissant celui là est réalisé par Kenji Eno, le concepteur de jeux et président névrosé du studio WRAP. Père médiatique du pourtant assez confidentiel D sortie sur 3DO, Playstation et bien evidamment Saturn, Eno signe un contrat d'exclusivité mi 95 avec Sony concernant un nouveau soft mêlant aventure, action, scènes en 3D pré-calculés et en 3D temps réel, ce jeu ambitieux nommé Enemy Zero bénéficie d'une bien plus large couverture médiatique que D et c'est lors d'une conférence de presse organisé par Sony mis 1996 que devant un publique médusé, à la fin de la présentation du jeu presque finalisé que le logo Playstation se mu sournoisement en un magnifique et insolent logo Sega Saturn. Suite à un désaccord avec Sony concernant le nombre de copies de D pour le marché PAL, Kenji Eno décide simplement de basculer l'exclusivité d'Enemy Zero vers la console de Sega. Le studio WRAP développera par la suite uniquement pour les consoles de la marque au hérisson. Un autre événement qui permettra d'appuyer l'assise de la Saturn sur le marché Nippon est la sortie du jeu Sakura Taisen, ce jeu qui mêle un tactical RPG avec des phases de simulations de drague, genre très populaire au Japon, se vend à 360 000 exemplaires le premier jour de sa sortie, faisant de ce jeu un des titres le plus vendu de l'année 1996. Non content d'être un succès commercial, Sakura Taisen rafle le premier prix lors de la cérémonie des bourses CESA et est classé en 2008 n°13 dans la liste des meilleurs jeux du monde par le magazine Famitsu. 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique