• 1994

     

    En même temps que le projet "Saturn" devient clair, le projet Mars se finalise sous le nom de "Super 32X" ou juste "32X" ce projet porté par Sega Of America se trouveêtre comme le Mega CD une extension pour la Megadrive, Branché au port cartouche, cet accessoire doit permettre à la Megadrive de booster ses capacités de calculs graphiques afin de gérer des texture en 3D mappés et des polygones. Sega Japan qui s'occupe de finaliser la Saturn et de préparer son lancement proteste et n'est pas convaincu de l'utilité d'un tel Add on, mais le projet "32X" est déjà bien avancé et a déjà englouti une bonne somme d'argent, de plus la Saturn ne doit pas arriver sur le marché japonais avant fin 94 et 95 en occident alors que le 32X sera prêt pour le marché occidental, principal marché de la Megadrive dans l'année. Chaque filiales de Sega et principalement la filiale Américaine bénéficient d'une marge d'autonomie et ne compte pas lâcher le projet. De plus certains composants du 32X seront aussi utilisé pour la Saturn. Sega Japan lâche donc la bride et laisse le projet 32X se finaliser. Même si le sujet n'est pas le 32X, son destin croisé avec la Saturn n'est pas sans conséquences sur la vision 
    quelques peu négative de la marque en occident l'année suivante. Revenons à la Saturn, en cette année 1994, alors encore en gestation la console se trouve déjà dans une atmosphère de compétition acharnée, rarement une génération de console aura vu naître autant de machines. mais ce n'est pas L'amiga 32, la 3DO de Panasonic ou la Jaguar d'Atari sortient toutes trois en 1993 qui effraient Sega mais un autre nouveau qui lui aussi prépare son hardware, le géant japonais ; Sony. Contrairement aux idées reçues, l'arrivé de la part de Sony, alors néophyte sur le marché des consoles de salon n'a jamais été perçu de façon hautaine et à la légère par Sega, tout d'abord parce que Sony n'est pas si néophyte que ça dans le domaine; son projet Playstation est du à une collaboration avortée avec Nintendo à un stade déjà bien avancé, que des composants de la marque Sony équipent déjà des consoles et que d'autre part, Sony, énorme multinationale possède une force financière et de communication incomparable. Face à l'annonce de l'architecture assez impressionnante de leur nouvelle machine axé vers la toute puissance de la 3D, Sega décide d'ajouter dans le ventre de sa bécane un deuxième processeur graphique consacré lui uniquement à la gestion de la 3D et qui Couplé au processeur déjà existant doit multiplier la puissance du moteur graphique. Mi  1994, l'architecture définitive de la console est officielle et elle impressionne, avec les deux processeurs graphiques, ce ne sont pas moins de 8 processeurs, sonore etc que renferme la carcasse de la bête. Les consoles déjà commercialisées sont largués et elle fait jeu égal avec la future console 32 bits de Sony. 

    Mi 1994, après une présentation au Tokyo Toy Fair, la campagne de lancement de la Saturn commence, via les magazines spécalisés, une campagne d'affichage et le Sega Video magazine. des videos des futurs Virtua Fighter, Daytona USA, Panzer Dragoon et Clockwork Knight filtrent de ci de là mais aussi d'un futur Ecco le Dauphin qui ne verra par ailleurs jamais le jour. La Saturn est aussi pensé pour être un outil média et pédagogique, ainsi une carte MPEG pourra permettre de regarder des films sur format CD et un clavier et une souris sera disponible.

     

    la console est fin prête pour son lancement le 22 Novembre 1994, par apport aux prototypes présentés au Tokyo Toy Fair et au Tokyo Game Show, la version finale ne se différencie que par sa couleur plus foncée, elle est accompagné d'une campagne télévisée "Saturn from Saturn" et "Saturn News", ainsi que de cinq jeux: Virtua Fighter, Tama, Majhong Goku Tenjuku, Myst, et Wanchai Connection. Le premier jour de vente, l'engouement est total et plus de 300000 machines sont vendues, c'est la première fois qu'une console Sega réussie une telle percée, le marché vidéoludique japonais étant largement acquis à Nintendo. Le 32X est lui aussi commercialisé mais dans une indifférence générale, le parc de Mega Drive ne représentant pas grand chose au Japon. Il est aussi intéressant de noter que pour diviser ses coûts de production la Saturn est aussi distribué sous les marques Victor et hitachi pour le Japon ainsi que Samsung pour le marché sud Coréen. 

     

    le 03 décembre, la console de Sony sort à grand coup elle aussi de publicités, néanmoins le succès est moindre malgré des titres de lancement séduisants. Trois autres jeux sortent  sur Saturn en décembre: Clockwork night, Gale Racer et Yumeni Mystery Mansion. Même si tout ces softs sont loin de démontrer la puissance de la console, ils marquent tout de même une différence nette avec la génération 16 bits. Néanmoins une chose est sûre pour les futurs programmeurs, la Saturn n'est pas une console facile à maîtriser et les outils et autres OS fournie par Sega manquent de clartés. Fin décembre plus de 500000 Saturn ont trouvé preneur contre moins de 300000 Playstation. Le 32X est lancé aux Etats Unis, quoi que bien accueillie, son prix prohibitif l'empêche de s'écouler comme prévu. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :